:: Administration :: Préambule :: Annexes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Chicago's lace

avatar
A poussé les portes de Chicago's Lace le : 01/07/2018
Messages : 143
Âge : 45 ans.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Aoû - 0:46

 

Un peu d'histoire


Chicago. La ville mythique où Al Capone s'est construit un nom, une réputation, une ascension marquante dans les années 50. Si Chicago fut une ville dominée par la mafia autrefois, l'époque où nous sommes a vu décliner la domination des gangs. La prohibition n'est plus que l'écho lointain appartenant au passé. Les mafias se font plus discrètes, ce qui ne veut pas dire qu'elles sont moins puissantes ou moins connues. Certaines se sont rassemblées dans le quartier surnommé « Little Italy ». Les descendants des plus grandes familles qui ont marqué de leur empreinte le monde du crime durant ces années les plus sombres, ont repris la tête d'organisations diverses. Leurs noms sont prononcés par certains avec des tremblements dans la voix ou un profond respect.

Un établissement justement s'est fait une réputation au fil des années. Il n'aurait pas été une des résidences d 'Al Capone, mais sans doute l'un de ceux qu'il fréquentait bien souvent? Il venait y rencontrer une de ses maitresses, celle que l'on surnommait  Dahlia Noir. Al Capone y étant très attaché, il lui aurait acheté l'hôtel pour lui prouver son attachement (ou pour lui faire accepter le fait qu'elle ne puisse être la seule entre ses draps...) Les années ont passé et l'hôtel aurait perdu petit à petit de son éclat, de sa splendeur d'antan et de sa réputation, surement dû à la fin d'une époque.

De nos jours, le nom du Chicago's Lace caresse bien des lèvres dans les hautes sphères. Il fut racheté depuis quelques années par une femme inconnue. Il se murmure qu'elle serait la descendante née de l'union du Dahlia et du mafieux qui partageait son lit. Nul ne peut le prouver mais personne n'avance le contraire. Cette femme à peine majeure, aurait présenté des papiers justifiant que les murs lui appartiendraient et malgré des lignées d'avocats, elle aurait depuis 17 ans, apposé son nom sur l'acte de propriété au cadastre de la ville.

L'hôtel était alors en ruines, utilisé pour des passes et servant aux drogués ainsi qu'aux prostituées de bas étage. Elle va en 3 ans tout rénover, dépensant sans compter pour redonner à ce lieu sa beauté d'antan et offrant au regard des habitants de Chicago ayant grandi dans les années 50, un souvenir de son aspect passé. Il est situé dans le quartier du « Little Italy » là où sévissent encore les gangs, les clans et les générations de noms connus. Tous la regardent avec un certain respect, elle est devenue intouchable et même enviée.

Cet ancien hôtel, a ouvert ses portes il y donc 28 ans environ et dés le premier mois, elle pouvait se vanter d'avoir aguiché les clients de la meilleure manière qu'il soit. Elle y inaugure un des plus grands cabarets de la cité, offrant aux curieux des spectacles divers, rappelant les fameux cabarets français par leurs danses, mais aussi par la qualité des mises en scène, l’excellence des danseurs et leur beauté. Ses artistes sont triés sur le volet et étudient avec une ancienne du Moulin Rouge. Mais si, pour éviter trop de soucis à ses débuts, elle se sera centrée sur un établissement respectable, elle va plus tard ouvrir des pièces plus privées, plus intimes, plus … libertines.

Ces pièces secrètes qui étaient auparavant réservées à la prohibition, vont offrir à ses clients les plus favorisés, des services bien plus débauchés, bien plus vicieux... un espace intime offrant aux hommes, comme aux femmes de se divertir  pour des plaisirs parfois peu conventionnels. Ces employés sont bien à part des danseurs du cabaret, ils sont là pour assouvir les plaisirs, quels qu'ils soient à des prix parfois indécents, tout comme les services qu'ils proposent. C'est au sous sol, désigné comme l'Antre des plaisirs, ou bien dans le salons privés des Délices indécents que tout se passe. Quelques soient vos fantasmes, qu'ils soient hard ou plus soft, c'est au Chicago's Lace qu'il faut se rendre. Montrez patte blanche à la Grande Diva des lieux, elle va vous envouter, vous charmer, deviner le plaisir qui se cache au plus profond de votre âme et l'assouvir, encore et encore en vous offrant tout ce qu'il faut pour vous faire revenir. Vous serez sous l'emprise de ce lieu, dont la réputation maintenant n'est plus à faire. Son implantation dans ce quartier reste secondaire face à ce monde qu'offre la First Lace. Vous la verrez parfois monter sur les planches du cabaret, offrir ses courbes à votre regard envieux, ondulant à vous hypnotiser en vous laissant cette impression au petit matin que vous avez rêvé l'avoir aperçu. Telle une diva au yeux de velours et aux cheveux d'ébènes, ses lèvres rouges restent ancrées dans votre esprit. Elle est celle qui peut tout vous offrir au Chicago's Lace.


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chicago's Lace :: Administration :: Préambule :: Annexes-
Sauter vers: